Le rôle du sophrologue

Le rôle du sophrologue

Le sophrologue intervient auprès d’individus ou de groupes. Il réalise les activités suivantes :

  • accueil et prise en charge des personnes en individuel ou en groupe
  • définition d’objectifs et d’un projet d’accompagnement
  • élaboration d’un protocole d’accompagnement
  • réalisation des pratiques et intervention selon la déontologie de la profession

Un rôle :  le sophrologue a un rôle de guide, de pédagogue. Il enseigne à ses clients (en bonne santé ou malades) des méthodes qu’ils reproduiront chez eux. La sophrologie est une pédagogie qui permet aux personnes de progresser à leur rythme, de prendre leur place. Le sophrologue est un passeur, un accompagnant, et non pas un conseiller. Il n’est pas celui qui « sait » pour l’autre.
Le sophrologue propose un espace de vivance, de parole et d’élaboration qui permet à chacun de se retrouver avec soi-même et de trouver ses propres ressources et ses propres réponses.
Le sophrologue, par sa posture, lors des guidances et durant les échanges, renonce à toute directivité. Il transmet une méthode et ses techniques, chacun doit ensuite s’entraîner, à domicile, pour devenir autonome et profiter durablement de tous les bienfaits de la sophrologie.

Un outil : le Terpnos Logos : le sophrologue, grâce à sa voix et à la maîtrise des techniques, propose des guidances permettant d’amener pas à pas les personnes dans un état de conscience détendu, relâché. Dans cet état de conscience, situé entre la veille et le sommeil, chacun reste libre et autonome vis-à-vis de la guidance proposée.

L’intervention du sophrologue s’inscrit dans les 4 grands principes fondamentaux de la sophrologie :

  • le principe d’action positive : le sophrologue amène l’autre à changer de regard, à capter « le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide », à trouver en soi ou à reconquérir ses ressources positives
  • le principe du schéma corporel comme réalité vécue : la conscience de son corps, au travers des cinq sens, est la base de la conscience de soi. Il s’agit d’amener les personnes à sentir, à écouter leur corps, à en percevoir tous les petits signaux.
  • le principe de réalité objective : le sophrologue est attentif à sa propre disponibilité, à son état, aux interférences de sa propre réalité, à ses propres limites.
  • le principe d’adaptabilité : le sophrologue veille à s’adapter aux situations, aux personnes et aux besoins du moment, au respect du rythme et des limites de chacun.

Les sophrologues sont soumis au secret professionnel absolu concernant tout ce qui leur est confié dans l’exercice de leur profession. Ce secret s’applique dans les limites des lois et règlements (notamment quand des mineurs sont concernés).

Le sophrologue ne concurrence pas les professionnels de la santé, il travaille en complémentarité. Il ne pose pas de diagnostic, n’influence pas les choix thérapeutiques de ses clients et n’interfère pas dans les traitements en cours. Il dirige vers un autre professionnel le patient qui nécessite une aide qui ne relève pas de ses compétences.


Partager cette page sur les réseaux sociaux !
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email